Morlaix, base franco-indienne pour étudiants ?

 dans News France

Quatorze étudiants indiens découvrent le pays de Morlaix. Une nouvelle passerelle franco-indienne entre étudiants qui cherche à se développer sous l’impulsion de Jean-Claude Breton. Entretien avec le président de l’association morlaisienne Aadi (Alliance Armor Dupleix Inde).

morlaix inde

Un nouveau groupe d’étudiants indiens vient d’arriver dans le pays de Morlaix. Où en sont les échanges ?

Tout a commencé il y a plusieurs années mais cela se faisait sporadiquement depuis l’Inde vers la France. L’année passée, un groupe du Fergusson College, de Pune, a été reçu par le lycée du Kreisker, de Saint-Pol-de-Léon. L’accueil dans les familles a été très positif. Aujourd’hui, c’est un groupe d’étudiants, douze filles et deux garçons, de Bombay, qui est hébergé à Landivisiau, dans les familles du lycée Saint-Esprit. Tous les étudiants, de classes sociales moyennes, étudient et parlent le français et se retrouvent ainsi en immersion dans le pays de Morlaix.

À qui s’adresse ce type d’échange ?

Nous privilégions la venue d’étudiants indiens post-bac qui ont entre 19 et 21 ans. Leurs hôtes français sont, pour le moment, plus jeunes, en première ou en terminale. Depuis cette année, les BTS Commerce international du Kreisker travaillent sur un projet qui devrait les amener en Inde durant l’été 2015. Reste à développer les contacts post-bacs et dans d’autres disciplines.

Qu’est-ce que vous envisagez ?

Le lycée Tristan-Corbière de Morlaix s’initie sur un projet pour 2015 et pourquoi pas, ensuite des échanges dans l’aéronautique avec les BTS. Lesneven a créé un BTS Audiovisuel, ce qui est intéressant quand on sait que l’Inde est le premier producteur de films au monde. L’idée est de créer une synergie entre une demi-douzaine de lycées de la région dans divers domaines, comme le lycée Félix-Le Dantec de Lannion ou à Landerneau.

Aujourd’hui, comme tous les ans, nous avons quatre étudiants du BTS Gaco qui sont en Inde, grâce au soutien de l’association. On aimerait développer un filon avec Gaco Arts, un des trois sites d’enseignement en France. L’Inde dispose en effet de cursus similaires. L’objectif est de pérenniser le projet.

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez et vos ambitions ?

Le plus difficile, c’est de motiver les équipes dirigeantes des lycées et IUT. Notre base actuelle est trop petite. Il faudrait nous étoffer grâce à des permanents. Morlaix et Morlaix communauté ne semblent pas contre. Et ainsi faire de la ville un lieu d’accueil pour les étudiants indiens, à l’image de Rennes pour la Chine. Ce qui déboucherait sur des stages, des projets communs, sans oublier les retombées économiques.

http://jactiv.ouest-france.fr/campus/morlaix-base-franco-indienne-pour-etudiants-30804

Écrire un commentaire