Partir étudier en Inde…

 dans News France

« L’Inde Why Not ? » Découverte avec Pierre Dreux, DG de l’ESC Pau qui a noué des partenariats solides sur place..

On parle de la Chine, des USA, de l’Europe… jamais de l’Inde. Et pourtant, c’est un pays en plein boum. Découverte avec Pierre Dreux, DG de l’ESC Pau qui a noué des partenariats solides sur place…

_partir-etudier-en-inde

L’Inde est-elle accessible pour les étudiants ?
L’Inde est dans un processus de développement et d’ouverture qui s’est accéléré depuis les dernières élections législatives. Ainsi, le pays cherche à attirer des étudiants du monde entier, et les Français répondent à l’appel. Dans cette dynamique, des écoles et des universités françaises nouent des partenariats avec des établissements indiens. Précurseur, l’ESC Pau collabore avec les universités de Delhi et Bangalore depuis dix ans déjà. Les opportunités de partir étudier là-bas existent donc… Mais il est préférable de le faire dans le cadre de partenariats solides déjà noués entre les deux pays.

Quelles sont les spécificités de ce pays ?
L’Inde est un pays de contrastes ! Ses états sont aussi divers que peuvent l’être les États européens, depuis Bangalore, capitale mondiale de l’outsourcing jusqu’à New Delhi, capitale centralisée. Avec le lancement des réformes économiques dans les années 1990, le pays affiche une belle croissance et de nouveaux secteurs d’activité très différents ont émergé. Si cette tendance se poursuit, l’Inde devrait devenir d’ici une vingtaine d’années l’une des trois premières économies mondiales… Mais elle reste, par bien des aspects, un pays en développement ; un Indien sur trois vit avec moins d’un dollar par jour.
Je terminerai en citant quelques spécificités indiennes : le respect des traditions, le rôle central de la religion – on vous demandera même la vôtre lors de votre demande de visa ! – ou encore la place de la femme dans la société…

Est-ce le nouveau spot où faire ses études à l’avenir ?

Si c’est une destination prisée, il faut être vigilant. Les principales universités indiennes, dont celle de Delhi, jouent dans la cour des grands au niveau mondial. De façon générale, l’enseignement est en pleine transformation : désormais performant pour la partie primaire, il est encore trop peu innovant dans le secondaire. Ceci étant dit, la génération Y en Inde, ce sont 426 millions de jeunes, et d’ici 2020, l’Inde et la Chine produiront 40% des diplômés universitaires du monde : on ne peut donc pas compter sans eux ! Et puis étudier en Inde, c’est assister à la mutation d’un géant économique. C’est aussi faire l’expérience de l’interculturel… Ce que les recruteurs sauront apprécier.

propos recueillis par Gilber Azoulay

http://etudiant.aujourdhui.fr/etudiant/info/partir-etudier-en-inde-un-autre-pays-en-plein-boum.html

Écrire un commentaire