Il faut sauver le tigre du Bengale

 dans News Inde

EXTINCTION. Ils étaient 100.000 en 1930, ils ne sont plus que 2.500. Ils, ce sont les tigres, ces félins aussi puissants que magnifiques, dont la carcasse se vend à prix d’or. Comptez 150.000 euros par tête. C’est pourquoi, même si l’espèce menacée et considérée comme en danger d’extinction, il y aura toujours des individus motivés par l’appât du gain.

D’autres dangers pèse sur lui. Le tigre de la Caspienne (Panthera tigris virgata) a déjà disparu, dans les années 1970, à cause de la perte de son habitat naturel suite à la déforestation. Les tigres de Bali (Panthera tigris balica) et de Java (Panthera tigris sondaica) se sont également éteints au début du siècle dernier, notamment parce que les chasseurs les privaient de leurs proies sur ces petits territoires.

Bengal tiger - India.

Sauver les survivants

Le tigre du Bengale (Panthera tigris tigris) est l’un des derniers représentants de son espèce. Il s’agit à la fois de la sous-espèce la plus connue et de la plus répandue en Inde.

LireLe Népal recense 198 tigres du Bengale en liberté

Pour la sauvegarder, de nombreuses associations se mobilisent. Dans ce contexte, l’association française « Planète tigre » part au Madhya Pradesh, un État au centre de l’Inde, pour sensibiliser les jeunes générations à la protection du félin.

« Les élèves recevront une bande dessinée réalisée par des dessinateurs de Disney Italie qui explique le braconnage, la déforestation et la cohabitation nécessaire entre l’homme et l’animal, explique Frédéric Geoffroy, fondateur de l’association. Les élèves devront écrire la suite de l’histoire et imaginer l’avenir du Tigre. Chaque classe recevra une tablette tactile qui lui permettra d’être en relation en temps réel avec Planète Tigre et faire connaître l’avancée de ses travaux. »

HAPPY END ? « Au terme de cette démarche, le meilleur projet sera récompensé et la classe lauréate gagnera une journée dans la réserve de sa province ou son pays pour aller, avec les membres de l’association, tenter d’y découvrir le Tigre« , poursuit Frédéric Geoffroy.

Souhaitons aux tigres un dénouement aussi heureux que pourront l’imaginer les enfants ayant pris part à cette belle initiative de l’association.

Pour soutenir l’association et participer au financement des dernières tablettes, rendez-vous sur le site www.planete-tigre.org

Écrire un commentaire