Une campagne de communication exhorte les Parsis à faire des enfants

 dans News Inde

Alors que le gouvernement indien tente de réduire le  taux de natalité de la population  (notamment  à l’aide campagnes de stérilisation qui prennent parfois un tour dramatique ainsi que l’a rappelé l’actualité récente) les responsables de la communauté Parsi  sont animés par un désir inverse. Leur souhait : voir naître un maximum de bébés pour repeupler leur petit groupe sur le déclin.

Les Parsis, qui constituent une des plus petites minorités religieuses du sous-continent, sont évalués à environ 61 000 membres. Soit moitié moins qu’en 1940. Avec un taux de fécondité de 0,8% par femme, les chiffres ne portent  pas à l’optimisme.

D’où la dernière initiative de la fondation Parsi Parzor (soutenue par l’UNESCO) et du  ministère indien des minorités : une campagne de communication, pas moins, pour inciter les Parsis à se marier et à avoir des enfants ! Du jamais vu en Inde….. Drôle, satirique, et quelque peu provocatrice elle a été  largement reprise par la presse et  de nombreux sites en ligne lors de son lancement, à la mi-novembre.

 Des modèles choisis dans la communauté Parsi

Les  petites mises en scène, qui  sont également  clins d’œil au phénomène du mariage tardif et de l’enfant unique, ont été réalisées avec des modèles de tous les âges choisis dans la communauté Parsi. L’idée étant, selon l’agence de publicité Madison BMB,  de faire appel « au sens de l’humour parsi »  pour prendre le problème à la source.

Les slogans de la campagne « Jiyo Parsi » interpellent la tranche d’âge « récalcitrante ».

« L’heure n’est-elle pas venue de quitter votre mère » ?….  « Soyez responsable. N’utilisez pas de préservatif ce soir »…. « Ayez un enfant rapidement après le mariage. Parce que vos parents ne seront pas toujours là pour faire du baby sitting »…. « Il n’est jamais trop tard pour avoir un bébé. Même selon les critères parsis. »….

Les textes précisent qu’ un couple peut obtenir jusqu’à 5 lakhs ( 65 000 euros ) pour réaliser une fécondation in vitro, dans le cadre du programme  du même nom  lancée il y a un an pour conseiller juridiquement les couples et apporter une aide à la procréation assistée, en cas de difficulté.

parsis 1

Une communauté réputée pour son sens des affaires

Une question, cependant, reste exclue de la campagne : celle du droit des femmes à se marier hors de la communauté. Pour pouvoir rester en son sein elles n’ont le droit de se marier qu’avec un Parsi – ce qui réduit d’autant leur choix. Or  la réciproque n’est pas valable pour les hommes.

Le zoorastrisme (d’après le nom du prophète Zoroastre ou Zarathoustra) qui révère le feu comme symbole de pureté, est connu pour ses pratiques envers les morts, qu’il interdit d’incinérer, d’enterrer ou d’immerger. A Mumbai  les Parsis se débarrassent des corps des défunts dans les célèbres tours du silence de Malabar Hill, où ils sont dévorés par des vautours et desséchés par la chaleur du soleil.

Les Parsis, originaires d’Iran, ont émigré en Inde il y a environ 1000 ans pour sauver leur religion et échapper aux persécutions religieuses. Ils ont commencé à s’installer à Mumbai au 17 ème  siècle et c’est toujours là que vit la plus grande partie de la communauté indienne

Plutôt fortunée et diplômée, elle  a le meilleur taux d’alphabétisation du pays. Elle est  aussi réputée pour son sens des affaires, et compte parmi elle des célébrités comme le milliardaire Ratan Tata ou l’acteur de Bollywood John Abraham.

Écrire un commentaire