Situation sanitaire en Inde : quatre étudiantes infirmières de Bordeaux apportent leur pierre à l’édifice

 dans News France

Qu’un étudiant parte à l’étranger dans le cadre de son cursus peut sembler ordinaire aujourd’hui, acquis notamment grâce aux systèmes d’échanges comme Erasmus, pour n’en citer qu’un. Ce qui est moins banal, c’est que quatre jeunes infirmières en devenir prennent la décision de mettre les voiles en Inde (à Faridabad, ville de plus de 1,3 million d’habitants située dans la région d’Hyriana) pour venir en aide aux populations, assistant des médecins sur place et intervenir dans des dispensaires notamment. Cette belle initiative qui nous rappelle que parmi les priorités sanitaires du pays, la prévention du SIDA compte parmi les plus importantes.

infirmières

Elles s’appellent Sandy Gatelier, Madjouline Rkoun, Élodie Fernandez et Sokaïna Rami. C’est ensemble que l’idée leur est venue d’effectuer ce voyage. Toutes les quatre étudiantes à l’institut de formation en soins infirmiers de l’hôpital Pellegrin, ce stage leur permettra de compléter leur formation. « Suite à plusieurs témoignages positifs de stages humanitaires en Inde, nous avons fait des recherches sur la pays, en envisageant de réaliser ce projet à notre tour, raconte Sandy. Notre choix s’est tourné vers ce pays, car nous voulions nous confronter à un système de système totalement différent et apporter un peu de nous pour venir en aide aux populations les plus démunies. » En effet, plus de 60% de la population indienne vit en dessous du seuil de pauvreté, ce qui l’empêche d’avoir accès à des prises en charge médicales, en plus d’un logement décent et d’une alimentation suffisante. Il y a donc urgence.

Durant tout le mois que durera ce stage de terrain (du 24 janvier au 28 février de l’année prochaine), les quatre camarades vont découvrir plusieurs lieux où elles pourront agir concrètement : participation au fonctionnement des soins hospitaliers d’un dispensaire, intégration d’équipes mobiles pour assurer la prévention de la malnutrition ainsi que du paludisme et du SIDA, amélioration des conditions de vie dans un orphelinat… « Nous aimerions pouvoir partir de Bordeaux avec des compresses et autre matériel manquant là-bas afin de les donner au dispensaire », espère Sandy. De plus, elles auront l’occasion d’assister des médecins spécialistes dans une école accueillant des enfants handicapés, pour mettre en place des activités d’éveil et de stimulation.
Sandy, Élodie, Sokaïna et Madjouline ont ce projet à cœur, et souhaitent avant toute chose rentrer en France en ayant rempli les objectifs qu’elles se sont fixés, à savoir : mieux connaître l’Inde et son système de santé (savoir), le rôle d’infirmière et sa place au sein d’une équipe pluridisciplinaire (savoir-faire) et s’être familiarisées à ce cadre de vie différent (savoir-être).

Le soutien précieux de l’association « Les Enfants de Shanti »Cela fait deux ans que les quatre amies ont ce projet en vue, et ont dû demander de subventions, lancer une opération de financement participatif sur Internet, rechercher des sponsors et même vendre des tickets à gratter ! Cela en dit long sur leur motivation. Mais aussi débrouillardes soient-elles, il n’est pas facile de se rendre en Inde sans soutien présent sur place. C’est en cela que « Les Enfants de Shanti » a rendu possible cette initiative humanitaire. Association de solidarité internationale, elle s’investit dans les projets de développement à long terme en Inde et au Népal, afin de venir en aide aux démunis.. L’accès à l’eau pour tous, à la santé, au travail, à l’éducation, au logement et au développement son ses mots d’ordre. Son soutien à Sandy et ses camarades est déterminant dans le bon déroulement de ce stage.

Une fois rentrée en France, étudiants et responsables de l’institut de formation de l’hôpital Pellegrin assisteront dans l’enceinte de l’amphithéâtre au compte-rendu de leur périple indien. Gageons que leur récit en incite certains à suivre le mouvement, pour à leur tour servir la bonne cause à l’étranger.

http://www.aqui.fr/societes/situation-sanitaire-en-inde-quatre-etudiantes-bordelaises-pour-changer-la-donne,11280.html

Comments
  • Philippe
    Répondre

    je réponds peut être trop tard
    tout dépend de ce que vous voulez faire
    je connais beaucoup d’associations. J’aime beaucoup, à Pondichery, le Volontariat, qui accueille beaucoup d’enfants et des vieillards
    vous pouvez y aller de ma part
    Volontariat 54 Ambedkar Salai Uppalam Pondichery
    volont@volontariat.in à l’attention de Sandil

Écrire un commentaire