Elle traîne son agresseur jusqu’au poste de police

 dans News Inde

Une Indienne a été importunée à Bombay par un homme alcoolisé. L’étudiante, qui ne s’est pas laissée faire, est désormais considérée comme une héroïne dans son pays.

elle traine son aggresseur

Selon Pradnya Mandhare, «les femmes ne son pas de simples objets». (photo: Facebook)

En Inde, les femmes sont régulièrement victimes de viols et d’agressions sexuelles. Le dernier cas en date est celui d’une jeune femme de 20 ans, importunée la semaine dernière par un homme ivre dans une gare de Bombay. Mais contrairement à de nombreuses victimes, Pradnya Mandhare ne s’est pas laissée faire. L’étudiante rentrait de l’université lorsqu’elle a été abordée par un homme à l’arrêt Kandivali. «Il était visiblement bourré. Il a commencé à m’agresser», a raconté Pradnya, à la presse locale. «Quand j’ai essayé de me débattre, il m’a touchée un peu partout. J’ai d’abord eu peur, mais ensuite j’ai commencé à le frapper avec mon sac à main». Si son agresseur s’est également mis à la frapper, l’étudiante est néanmoins parvenue à le maîtriser.

L’agression s’est déroulée en plein jour dans une gare bondée. Malgré cela, personne n’est venu en aide à Pradnya. «Les gens étaient posés autour de nous et nous ont fixés du regard. Mais personne n’est venu et n’a demandé ce qui se passait», s’énerve l’Indienne, qui a décidé d’emmener l’homme au poste de police le plus proche. «Comme il était sale, je ne voulais pas le toucher. Je l’ai pris par les cheveux et je l’ai traîné jusqu’à la police», a-t-elle expliqué à la chaîne de télévision NDTV.

«Nous ne sommes pas de simples objets»

«Nous avons arrêté le suspect de 25 ans. Il est accro aux drogues et était alcoolisé au moment des faits», a confirmé un porte-parole des forces de l’ordre locales. «Il sera jugé et nous allons vérifier s’il a déjà commis des délits similaires dans le passé». Pradnya Mandhare est désormais considérée comme une héroïne dans son pays. «Chaque femme devrait se défendre dans de telles situations. Nous ne sommes pas de simples objets», souligne l’étudiante.

La semaine dernière, une nonne de 75 ans a été violée par des cambrioleurs qui s’étaient introduits dans le couvent où elle vivait, dans l’est de l’Inde. Quatre des six agresseurs ont été identifiés grâces aux images de la télésurveillance. Une récompense de 100 000 roupies (1 486 euros) a été offerte pour quiconque sera susceptible de fournir des renseignements sur les suspects.

http://www.lessentiel.lu/fr/news/monde/story/Elle-tra-ne-son-agresseur-jusqu-au-poste-de-police-13114727

Écrire un commentaire