L’Inde suspend Greenpeace pour six mois

 dans News Inde

| Associated PressAvec l’Agence France-Presse | Actualités internationales

greenpace

Photo: Manan Vatsyayana Agence France-Presse

L’Inde a commencé à sévir contre les organisations caritatives financées depuis l’étranger l’an dernier. Un rapport interne avait signalé que le pays a perdu 3 % de son PIB en raison de la mobilisation de la population pour lutter contre des projets polluants.
New Delhi — Le ministère indien de l’Intérieur a imposé jeudi une suspension temporaire à la filiale locale du groupe environnemental Greenpeace.

 

Greenpeace India est accusé d’avoir sous-rapporté les contributions étrangères qu’il reçoit et de les avoir utilisées sans l’approbation du gouvernement. Le ministère a indiqué que cette décision faisait suite à un audit des comptes financiers de l’ONG en septembre, selon lequel l’organisation aurait enfreint les règles concernant les financements venant de l’étranger et effectué de la rétention d’information.

«Le gouvernement suspend par la présente l’enregistrement de l’association», a indiqué le ministère sur son site internet.

«L’acceptation par ladite association de contributions étrangères a porté atteinte à l’intérêt public», a-t-il ajouté.

Le groupe dispose de 30 jours pour porter sa suspension en appel. Tous ses comptes bancaires sont gelés en attendant que la question ait été réglée.

«De la calomnie», rétorque l’ONG

Greenpeace India a indiqué jeudi qu’elle n’avait encore reçu aucune notification officielle de l’interdiction, ajoutant que l’association «ne sera pas intimidée par une campagne contre la dissidence».

«C’est de la calomnie, pure et simple», a indiqué le directeur exécutif de l’ONG Samit Aich dans un communiqué.

La dernière suspension courait sur une période d’au moins 180 jours, mais le gouvernement avait demandé à l’ONG de s’expliquer sur les raisons pour lesquelles sa licence ne devait pas être suspendue, lui laissant 30 jours pour faire appel.En juin, New Dehli avait gelé les comptes de Greenpeace India après que ses services de renseignements l’avaient accusée d’entraver les progrès économiques du pays en «retardant ses projets de développement» après des protestations de l’ONG qui avaient retardé des projets industriels importants.

L’ONG reçoit 70 % de ses fonds de donneurs vivants en Inde, a indiqué M. Aich.

L’Inde a commencé à sévir contre les organisations caritatives financées depuis l’étranger l’an dernier, après qu’un rapport interne eut affirmé que le pays a perdu 3 % de son PIB quand ces groupes ont mobilisé les populations locales pour lutter contre des projets polluants.

Un représentant de Greenpeace India a dit que l’organisation est victime d’une campagne de salissage.

Le document publié l’an dernier critiquait notamment les organisations qui avaient orchestré des manifestations publiques contre les centrales nucléaires, les mines d’uranium, les centrales au charbon, les cultures génétiquement modifiées et les déchets électroniques.Il accusait aussi des groupes comme Greenpeace et Amnistie Internationale d’avoir publié des documents dont l’Occident s’est ensuite servi pour discréditer l’Inde.

Écrire un commentaire