Le BJP, parti au pouvoir en Inde, est secoué par une sombre affaire de recrutements truqués dans la fonction publique de l’Etat du Madhya Pradesh, dont Bhopal est la capitale. L’affaire a été baptisée “Vyapam”, acronyme hindi du “Madhya Pradesh Professional Examination Board”. Et elle livre chaque jour un nouveau cadavre.

Comme le relate The Times of India en une de son édition du 7 juillet, c’est une véritable “danse de la mort” qui est en train de se jouer, puisqu’un stagiaire embauché par Vyapam a été retrouvé noyé dans un lac, lundi 6 juillet, tandis qu’un policier, poursuivi dans cette affaire, était découvert pendu. La veille, c’est le doyen d’une faculté de médecine impliquée dans le scandale qui est décédé dans un hôtel de Delhi. Et l’avant-veille, c’est un journaliste qui s’est écroulé, raide mort, alors qu’il était en train d’interviewer les parents d’une jeune femme dont le nom était cité dans l’affaire Vyapam et dont le cadavre avait été retrouvé le long d’une voie ferrée.

Un malheureux hasard ?

“Individuellement, ces décès pourraient ne pas éveiller les soupçons, mais si on les considère collectivement, rien n’est exclu”, estime Mint, en réponse aux responsables de la majorité, qui assurent que ces morts sont toutes “naturelles” et le fruit d’un malheureux hasard.

Sur place, les morts en série provoquent la panique : on en dénombre 25 selon les autorités, 48 selon la presse. L’opposition réclame la tête du ministre en chef du Madhya Pradesh (BJP), lequel a déjà trempé dans de nombreux scandales de corruption, rappelle The Hindustan Times. De son côté, le site Scroll.in s’interroge : “Pourquoi le BJP n’a-t-il pas encore saisi le Bureau central d’investigation”, l’organe national chargé des enquêtes de corruption ?

Cette affaire survient alors que le gouvernement était déjà déstabilisé par le dossier Lalit Modi, du nom d’un ancien baron du cricket poursuivi pour blanchiment d’argent, qui aurait été aidé dans sa fuite à l’étranger par l’actuelle ministre des Affaires étrangères.

http://www.courrierinternational.com/article/inde-vyapam-laffaire-macabre-qui-eclabousse-le-gouvernement-modi