Bombay tentée par la prohibition

 dans News Inde

Après avoir interdit la vente et la consommation de viande de boeuf, le gouvernement nationaliste hindou du Maharashtra caresse maintenant l’idée de bannir l’alcool.

images

Il y a quelques mois, nous évoquions ici le personnage de Devendra Fadnavis en expliquant qu’il allait falloir le “suivre de près”. L’actualité semble vouloir nous donner raison. A l’âge de 44 ans, ce militant nationaliste hindou, formé comme Narendra Modi par le mouvement paramilitaire Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), accédait en octobre dernier aux commandes de l’Etat du Maharashtra, dont Bombay est la capitale. Au creux de l’hiver, ledit Fadnavis s’était illustré en instaurant l’interdiction de la viande de boeuf, mettant sur le carreau des centaines de Musulmans, éleveurs, abatteurs ou bouchers. Et voilà qu’il a trouvé une nouvelle brillante idée : prohiber définitivement l’alcool dans tout le Maharashtra.

Fadnavis répondait en fait à l’interpellation, dans l’hémicycle du parlement de Bombay, d’un député du Parti du Congrès National, une branche dissidente de la formation du clan Gandhi (opposition). Celui-ci lui demandait de réagir à la récente lapidation d’un policier qui poursuivait des trafiquants d’alcool dans le district de Yavatmal. “Nous allons imposer l’interdiction (des vins et spiritueux) lorsque nous aurons reçu les résultats de l’étude menée dans trois districts où la prohibition est déjà en vigueur”, a répondu le ministre en chef, ajoutant que les trafiquants d’alcool méritaient tout simplement “la peine de mort”.

Devendra Fadnavis surfe sur une actualité tragique, celle du scandale de la gnôle frelatée, une boisson à base de méthanol qui a provoqué la mort d’une centaine d’habitants d’un bidonville de Bombay, au mois de juin. Un autre élu de l’opposition lui a gentiment rappelé qu’il avait été élu sur le thème de “la bonne gouvernance”, non pour modifier les habitudes de consommation des gens, et que les taxes sur les alcools rapportaient d’autant plus à l’Etat que les ventes sont en forte hausse. Selon le quotidien DNA, les ventes de vin local, en volume, ont augmenté de 15% l’an dernier, celles de bière de 5% et celles de spiritueux de marques étrangères fabriqués en Inde de 8%.

http://blogs.mediapart.fr/blog/guillaume-delacroix/250715/bombay-tentee-par-la-prohibition

Écrire un commentaire