les femmes divorcées interdites de relations sexuelles pour avoir une pension de leur ex-mari

 dans News Inde

Ce n’est un secret pour personne, en Inde, le statut des femmes reste encore précaire. Et cela ne semble pas prêt de s’arranger. En effet, le 16 août dernier, l’Indian Express a rapporté un nouveau jugement de la Haute Cour de Madras qui vient de faire reculer un peu plus encore la liberté des femmes. Dans un récent cas où un homme a refusé de payer une pension alimentaire à son épouse dont il avait divorcé pour cause d’adultère, le juge S. Nagamuthu a décidé de donner raison au plaignant. Ainsi, il a statué qu’une femme divorcée ne peut plus avoir de relations sexuelles avec un autre homme et donc s’engager dans une nouvelle histoire si elle veut continuer à toucher une pension alimentaire de son ex-époux. Selon le juge, le fait d’avoir d’autres partenaires serait comparable à un adultère, faute qui justifierait la suppression de l’aide financière.

des-femmes-indiennes-745398_w1020h450c1cx690cy352

« Même après la prononciation du divorce faite, si l’épouse veut conserver son droit à prétendre à une pension de son ex-mari, il est attendu qu’elle continue à maintenir la même discipline que celle dont elle faisait preuve lors de son mariage », a déclaré le représentant de la justice d’après le Times, avant de poursuivre : « Etant donné que l’homme porte la responsabilité de subvenir aux besoins de son ex-femme, la femme porte aussi la responsabilité de ne pas vivre une relation avec un autre homme. Si elle commet cette infraction… Elle se verra refuser le droit à obtenir une pension ». « Si elle veut vivre une histoire avec un autre homme, il faudra que celui-ci subvienne à ses besoins et pas son ancien époux », a-t-il conclu

Inutile de dire que ce jugement a rapidement suscité l’indignation des organisations de défense des droits de la femme qui l’ont jugé « rétrograde ». D’après le Daily Mail, Human Rights Watch a demandé à ce que la justice indienne revienne sur cette décision.

​ ​Une chose est sûre, cette dernière montre à quel point les choses sont compliquées pour les femmes de se défaire des chaînes de leur mari. Comme l’a rappelé The Independent, le nombre incalculable de contraintes abusives que les épouses subissent les dissuadent de demander le divorce. Elles sont ainsi nombreuses à subir des violences domestiques et même sexuelles puisque le viol au sein du mariage est légal grâce au Criminal Law Act 2013.

http://www.aufeminin.com/news-societe/inde-plus-de-relations-intimes-si-les-divorcees-veulent-une-pension-s1534410.html

Écrire un commentaire