les Jaïns veulent préserver leur tradition d’euthanasie

 dans News Inde

jains

En Inde, des milliers de personnes appartenant à la communauté jaïn ont manifesté dans plusieurs régions du pays ce lundi. Cette minorité religieuse, qui représente moins de 1% de la population indienne, conteste l’interdiction par la justice indienne ce mois-ci d’une de leurs traditions millénaires : le Sankhara, un jeûne jusqu’à la mort lorsqu’on est en fin de vie.

Avec notre correspondant à New DelhiAntoine Guinard

Pour les Jains qui sont descendus manifester pacifiquement dans les rues ce lundi, l’interdiction du Sankhara bafoue leur liberté religieuse. Des milliers d’entre eux ont formé des chaines humaines dans plusieurs métropoles indiennes, certains se sont rasés la tête en signe de protestation, pour exprimer leur colère après le verdict rendu le 10 août par la Haute cour du Rajasthan.

Les leaders religieux Jaïns ont annoncé qu’ils allaient faire appel à la Cour suprême de ce verdict qui assimile le Sankhara à un acte de suicide. Cette tradition, pratiquée par les membres les plus orthodoxes de la communauté, consiste à arrêter de s’alimenter et de boire afin de précipiter la mort.

Pour les Jaïns, dont la religion a pour piliers la non-violence et l’ascétisme, c’est un acte de purification, de profession de foi ultime, pratiqué depuis la nuit des temps. On estime que 200 à 300 Jaïns se donnent chaque année la mort en s’adonnant au Sankhar.

A moins d’un renversement de ce jugement, tout individu accusé de pratiquer ce rituel ou de l’encourager sera considéré comme un criminel. En Inde, pousser quelqu’un au suicide mais aussi tenter de se suicider sont des actes qui tombent sous le coup de la loi. L’euthanasie reste elle aussi illégale dans le pays.

http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20150824-inde-communaute-jain-entend-preserver-traditions

Écrire un commentaire