Étudiantes en médecine, elles partent aider les orphelins indiens

 dans News France

na10_4615149_3.jpg44

De gauche à droite, Anaëlle Bichon, Émilie Joubert, Celine Mahé, Juliette Gouriten et Irène Hanot.

Ces six étudiantes en médecine partent, cet été, en mission humanitaire en Inde. Elles participeront à la vie d’un orphelinat, pendant trois semaines.

L’Anophele (Association nantaise oeuvrant pour les projets humains et la lutte contre l’exclusion) a pris ses quartiers au bout d’un long dédale de couloirs, au fin fond de la fac de médecine. Un vieux canapé d’angle en cuir élimé trône dans un coin du bureau et une tablette de chocolat sur la table basse. Les cinq jeunes filles s’installent comme si elles étaient chez elle.

En effet, depuis octobre dernier, Irène, Céline, Juliette, Anaëlle, Maureen et Émilie, étudiantes en L2 de médecine, passent, tous leurs mardis soirs, dans ce local. « On ne se connaissait pas du tout avant l’Anophele, explique Juliette, vice-présidente de l’association. On a été choisies parmi une dizaine d’étudiants après avoir passé un oral. Mais on a vite appris à se connaître et on s’entend vraiment bien ! Heureusement, parce que nous partons quand même trois semaines en Inde ensemble ! » sourit Juliette.

Départ en juillet

Les six étudiantes ont repris le Projet solidaire Inde (PSI) et vont partir, en juillet, dans un orphelinat, dans le sud-est de l’Inde, à Tiruvannamalai. Ce dernier est géré par l’ONG Terre des hommes Core. « Nous avons trois objectifs à réaliser une fois sur place, raconte Céline. On veut accompagner les enfants de l’orphelinat au cinéma, à la plage, au restaurant pour égayer leur quotidien. Ensuite, nous allons faire un potager avec les agriculteurs locaux et nous allons rénover deux maisons avec les artisans locaux. » Et Émilie de rajouter : « Le but est vraiment de faire des choses qui tiendront sur le long terme. »

En attendant le départ, elles ont confié la mission à l’école Émile-Péhant de créer des petits cadeaux et des journaux de bord, pour participer à l’échange culturel et expliquer aux enfants indiens « que les femmes, en France, le dimanche, ne revêtent pas leur sari comme en Inde », poursuit Anaëlle.

Environ 3 000 € ont été récoltés, grâce à une vente de sandwichs, aux subventions du Lions club, de la faculté de Nantes ainsi qu’un financement participatif. « On a récolté beaucoup plus d’argent qu’on ne le pensait. Notre projet a vraiment touché les gens », s’enthousiasme Irène. Si le financement participatif est clos, les dons, eux, sont toujours acceptés.

Anophele, UFR médecine, 1, rue Gaston-Veil, à Nantes. Mail : psi.association@gmail.com. Tél. 06 10 49 10 48 ou 06 08 11 02 50.

http://jactiv.ouest-france.fr/ils-sactivent/initiatives/etudiantes-medecine-elles-partent-aider-orphelins-indiens-62591

Écrire un commentaire