L’Inde ouvre sa première école pour élèves transgenres

 dans News Inde
La ville de Kochi vient d’ouvrir un pensionnat pour que les étudiants transgenres qui ont abandonné l’école puissent reprendre leurs études. Une façon de combattre l’hostilité d’une partie de la population indienne, et de favoriser l’insertion des élèves.

Permettre aux élèves d’accéder à des emplois décents, pour avoir une vie digne. A Kochi, dans l’Etat du Kerala, un pensionnat différent vient d’ouvrir ses portes. Il accueille sa première promotion d’élèves transgenres. Une première en Inde, où cette communauté est souvent la cible de l’hostilité de la société indienne.

Réunis dans des classes de dix ou douze, les élèves ont entre 15 et 16 ou 17 et 18 ans. Ils suivent un cursus pour passer des examens en fin d’année et ainsi terminer leurs études. L’ouverture de cet établissement est un signal fort envoyé à la communauté transgenre: confrontée au rejet, la moitié de ses membres ne va pas, aujourd’hui, au bout de son cursus scolaire.

Déjà six inscrits

« Nous avons admis jusqu’à présent six élèves, qui sont passés du sexe féminin au sexe masculin, à partir de 14 candidatures. Sur les dix places prévues, nous en avons réservé une pour une personne qui passe du sexe masculin au sexe féminin et un pour une personne handicapée », raconte Vijayraja Mallika, la directrice de l’école, à BBC News. Les enseignants sont eux aussi transgenres.

Le Kerala est clairement un état indien progressiste. Il est le premier à adopter une politique transgenre contre la discrimination. Il favorise l’éducation inclusive et offre gratuitement la chirurgie de réassignation sexuelle dans les hôpitaux publics. Un dispositif de sponsoring a en outre été mis en place au sein du pensionnat pour subvenir aux frais des élèves.

Une situation très tendue pour les personnes transexuelles

Selon la rédaction britannique, l’Inde compte environ deux millions de personnes transgenres. En 2014, la Cour suprême du pays a statué pour qu’elles aient les mêmes droits que n’importe quel citoyen. Les abus restent cependant monnaie courante.

Beaucoup de transsexuels sont chassés de leur foyer par leurs familles. Privés d’emploi, beaucoup d’entre eux se retrouvent contraints à la mendicité ou à la prostitution.

Une situation à laquelle l’équipe du pensionnat de Kochi a elle-même été confrontée. « Nous avons approché près de 700 personnes et 51 ménages (pour nos inscriptions). Tous nous ont rejetés. Ils semblaient penser que nous cherchions à lancer un réseau de prostitution », déplore Vijayraja Mallika.

https://news.sfr.fr/actualites/monde/l-inde-ouvre-sa-premiere-ecole-pour-eleves-transgenres-4735450.html

Écrire un commentaire