Tout ce que vous devez savoir sur le Jallikattu

 dans News Inde

 

Cela fait quatre jours que tout le Tamil Nadu se mobilise pour se défendre corps et âme contre l’interdiction du jallikattu, sport ancestral tamoul mettant en scène des hommes essayant de saisir des pièces d’or attachées aux cornes d’un taureau. Des milliers de personnes se sont rassemblées sur la plage de Marina à Chennai en espérant qu’une levée de l’interdiction sera prononcée très prochainement. Mais les manifestants, étudiants et travailleurs, citadins et ruraux, hommes, femmes et enfants – ont dit qu’ils ne quitteront pas les lieux tant qu’ils n’auront pas obtenu satisfaction. Pourquoi donc le jallikattu fait-il autant de débats ?

Qu’est-ce que Jallikattu?

Le Jallikaatu est un sport populaire, qui a lieu le troisième jour du festival de quatre jours de Pongal. qu’on appelle le « Mattu pongal » ( fête dédiée aux vaches et taureaux). En ce jour, a lieu le jallikattu, où les jeunes hommes doivent essayer de récupérer des pièces d’or attachés sur les cornes du taureau. Le terme «jallikattu» vient de «jalli» qui signifie pièces d’or ou d’argent et de «kattu» qui veut dire « lier ou attacher ». De ce fait, l’homme qui arrivera à saisir les pièces d’or et qui aura réussi à dompter le taureau sera le grand gagnant. Le taureau le plus fort sert à faire perpétuer une race indigène. Considéré comme un véritable sport ancestral, les origines du jallikattu remonterait à 2500 ans.

Aujourd’hui, le jallikattu fait l’objet de grandes polémiques parce qu’il entraîne souvent des blessures graves et même des décès. Des associations également revendiquent son interdiction en mettant en avant des arguments de défense et de protection des animaux.

Madurai: Youngsters stage a protest condemning the ban on Jallikattu at Tamukkam in Madurai on Wednesday. PTI Photo (PTI1_18_2017_000238A

Pourquoi un soudain tollé ?

L’an dernier, le ministère de l’Environnement a modifié sa notification antérieure, initialement publiée en 2011, et a déclaré que le sport pouvait se poursuivre indépendamment de l’interdiction imposée par la Cour suprême indienne. Cela a été vu comme une opposition directe à l’ordonnance de la Cour suprême et a été contesté par des organisations telles que PETA, l’organisation des droits des animaux. Suite à cela, une ordonnance de suspension a été rendue par le tribunal.

Une recherche menée par les enquêteurs de PETA a constaté que les taureaux étaient désorientés, délibérément. La queue des taureaux aurait été mordue et tordue, poinçonné et traîné sur le sol. La campagne de PETA a été soutenue avec enthousiasme par des célébrités comme John Abraham et Hema Malini, qui ont contribué à cette défense de l’interdiction contre jallikattu.

Pourquoi PETA veut-elle interdire le jallikattu?

En janvier 2016, le gouvernement central a levé l’interdiction sur demande du gouvernement du Tamil Nadu. Cette notification a été contestée par PETA et d’autres organismes soutenant la Cour suprême. PETA insiste sur le fait que la «cruauté» ne se limite pas à l’abattage, mais inclut les souffrances inutiles et la torture induite sur les animaux dans le but de divertir un public.

Pourquoi les Tamouls protestent-ils contre l’interdiction du jallikattu?

Ils le considèrent le jallikattu comme un symbole de la fierté et d’identité car c’est une tradition ancienne qui perdure depuis des années. De nombreuses références peuvent être trouvées dans la littérature dravidienne et dans les cultes des populations rurales du Tamil Nadu. Les manifestations de jallikattu sont alimentées par l’idée que l’interdiction frappe derrière cela l’identité culturelle de la population, elle-même.

Tout Kollywood qui soutient déjà le Jallikattu, devrait accélérer son implication par de nouvelles actions pacifiques tandis que les Associations de commerçants affirme que les commerces resteront fermés aujourd’hui.

Que veulent les manifestants?

Les manifestants disent que leur combat est pour leur culture et leur fierté tamoule et rejettent l’allégation selon laquelle le jallikattu est cruel envers les taureaux. Ils ont également exigé que PETA, qui a fait pression sur le jallikatu, soit bannie de l’Etat tamoul.

Les manifestants disent que la loi sur la cruauté envers les animaux doit être modifiée pour inclure les taureaux du jallikattu sur une liste spécifique, recensant des animaux qui sont entraînés et utilisés dans l’armée ou à des fins culturelles ou scientifiques.

Vinna Vienne

Écrire un commentaire