Décès de Claude Bez

 dans En ce moment..., News France

Claude avec Deepak Mande de Pune lors de sa visite été 2019

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Claude Bez survenu le 10 avril.

Elle avait été admise dans une unité de soins palliatifs où elle a été remarquablement accompagnée.
Malgré sa maladie, elle avait encore tenu à rédiger le bulletin du mois de mars.

Avec elle Perspectives Asiennes perd une amie et adhérente de longue date. Nous gardons le souvenir d’une délicieuse personne qui nous faisait partager sa culture et sa philosophie positive de la vie.

 – Jacqueline Fontaine

Showing 11 comments
  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    Dernière rencontre avec Claude

    Claude parlait peu d’elle-même. Je la connaissais surtout de par l’intérêt commun que nous portions à l’Inde. Ainsi, je n’ai connu que tardivement son attachement pour Granville.
    Alors que je lui rends visite à la Maison Jeanne Garnier, je me souviens que j’ai avec moi quelques photos récentes sur mon portable. Et nous parcourons ensemble les rues de son enfance. Nous partons du port où dans le vieux bassin se côtoient les bateaux de pêche et quelques vieux gréements. Nous remontons la Rue aux Juifs vers la Haute ville, qui de son promontoire surplombe la mer et d’où on aperçoit par beau temps les Iles Chausey ou le Mont St Michel. Nous redescendons par l’escalier abrupt près de l’école où elle a habité enfant. Il nous ramène derrière le casino ; nous longeons la plage depuis la digue, puis grimpons par des jardins vers le quartier sur la falaise. Elle a aussi habité plus tard l’une de ces maisons, me dit- elle. Je la sens à la fois émue et heureuse de me raconter sa ville.
    Puis nous parlons livres, comme toujours avec Claude. Il y a là quelques livres, pas assez peut-être, pour cette lectrice infatigable. Chez elle, il y avait toujours sur la table ses lectures du moment ; principalement des sujets d’actualité ou de société. Toujours à l’écoute du monde, Claude, des autres, surtout les faibles et les opprimés.
    Et puis, nous évoquons le récent bulletin de Perspectives Asiennes. Elle est tellement heureuse et fière d’avoir pu mener à bien ce dernier numéro, envers et contre la maladie. Elles avaient décidé avec Sabine de le consacrer à l’actualité de l’Inde durant le dernier trimestre 2019, à travers la presse française. L’actualité leur avait donné matière au-delà de leurs espérances. « Il ne se passait pas une journée sans qu’un article sur l’Inde ne paraisse dans Le Monde » Elle avait suivi avec passion les évènements qui ont secoué l’Inde en cette période, s’était inquiétée puis réjouie de voir les Indiens se rebeller contre des lois iniques. Il en est résulté une très belle et complète photographie de l’Inde. Peut-être son plus beau numéro.
    C’est ce bulletin de Perspectives Asiennes qui nous avait rapprochées. Nous l’avions repris courant 2000. Notre collaboration n’a duré qu’une paire d’années mais j’en conserve un très bon souvenir. C’était l’occasion de réunions de travail qui commençaient toujours par un petit dîner qu’elle avait concocté et de belles conversations.
    Claude aura été une perle pour Perspectives Asienne ; pas uniquement pour son formidable sens de l’accueil, ayant ouvert sa maison à des dizaines d’Indiens, mais aussi pour toutes ses autres contributions  . Elle avait coutume d’apporter au CA une revue de presse, faite de dizaines d’articles collectés et photocopiés pour chacun de nous. Et surtout pour ce bulletin, reflet de l’association, qu’elle gérera ensuite pendant une vingtaine d’années seule ou bien en équipe avec Sabine , avec un enthousiasme toujours égal .
    Ces dernières années, nous avions repris nos petites réunions, avec Gillian. Plus question de bulletin cette fois, simplement quelques heures agréables passées ensemble, à discuter, à refaire le monde. Malheureusement la maladie était venue les perturber puis les interrompre.
    Une amie arrive à la porte de sa chambre. Je vais la quitter. Demain commence le confinement et nous savons sans vouloir le dire que nous ne nous reverrons pas. Elle me sourit ; toujours ce joli sourire, un peu grave. Elle est, confiante, sereine : elle m’a confié plus tôt « je suis entourée de tellement d’attentions. Les personnes ici sont formidables, et j’aurai connu dans ma maladie tellement de témoignages d’affection et d’amitié »
    Voilà, nous aurons fait une petit bout de chemin ensemble ; ce n’est pas la longueur du chemin qui compte … Je pars avec, sous le bras , le dernier numéro du 1 qu’elle a lu et qu’elle a voulu que j’emporte . C’est sûr , je ne pourrai pas le lire à l’avenir sans me souvenir de Claude .
    Catherine Pierrot

  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    Je connais Claude depuis l’automne 1995 date à laquelle elle est entrée au conseil d’administration de Perspectives Asiennes ,sous la présidence de Catherine Pierrot . Elle a ensuite cheminé avec moi d’octobre 2000 à décembre 2013 .Claude a été très active ,disponible ,efficace et souriante. La revue de presse très fournie qu’elle concoctait pour chaque CA était appréciée de tous .Elle a rédigé2 bulletins par an d’octobre 2000 jusqu’à celui de ce mois de mars (en compagnie de Sabine depuis 2014).
    Mais ce que je retiendrai de Claude c’est sa grande culture , son ouverture d’esprit et sa grande humanité.
    J’ai été profondément émue par la sérénité dont elle faisait preuve lors des contacts téléphoniques échangés avecelle les derniers temps
    Paulette Gigouley

  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    Reçu de Bombay Central Coordination

    It’s really sad to know about the demise of Claude Bez. She will be missed by all her friends in India. Her dedication and association with PA will continue to inspiring us. 

    In times like these, it’s all the more difficult and painful. 

    May her soul rest in peace.

    Kindly convey our heartfelt condolences to her family and friends.

    Regards,
    CC.

  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    J’ai connu Claude il y a 20 ans, en intégrant le conseil d’administration de P.A.,plus tard en contribuant au Bulletin par des articles ponctuels puis réguliers. Cela a fait de nous des amies. Je séjournais parfois à Anthony pour boucler un numéro,et du coup nous allions ensemble voir des expositions,entendre des concerts.Claude était très cultivée,très fine et enthousiaste,grande lectrice de littérature comme d’essais sur la société,les évolutions. Elle est venue à Charleville et en Meuse; nous avons aussi passé une semaine ensemble à Cracovie. Elle se montrait empathique pour tout ce qui faisait ma vie,compréhensive quand je tardais à fournir un article,toujours conciliante. Elle n’était jamais à court d’idées;elle était régulière,fiable,sobre et généreuse,courageuse et simple. Cela m’a édifiée notamment en voyant sa pratique du yoga,son travail d’information,et sa gestion du temps. Jusqu’au bout,même ces derniers mois avec la maladie. Je me sens si triste de son départ….mais je sais que ce qu’elle a apporté,à moi comme à tant d’autres,sera maintenu et transmis. Merci Claude.

    Sabine Lamarle

  • Gillian Harvey
    Répondre

    J’ai fait la connaissance de Claude au CA de Perspectives Asiennes, je ne sais plus en quelle année, et je faisais la relecture du Bulletin pour elle avant que Sabine ne prenne la relève. Puis nous avons voyagé ensemble, au Laos et Cambodge en 2010 et à Prague en 2011. Si Claude n’est pas allée très souvent en Inde sa porte était toujours ouverte pour recevoir des Indiens.  J’admire son énergie, son implication dans PA ainsi que son bénévolat dans une autre association, toujours s’occupant généreusement des autres. Surtout, je rends un hommage ému à la philosophie positive avec laquelle elle nous a quittés, sereinement, contente de ses 85 années de vie.

  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    Hommage de Deepak et Beena Mande ,des amis dePune.

    Claude was a very lively and cheerful person and had a very positive approach to life. Though she was living alone she was never lonely and this was mainly because of her nature and the social work she used to do. She did a lot of work for P.A. and she was the editor of the magazine published by P.A. . She knew English quite well and she visited India and our city,Pune, several times. As a host she was very kind and helping in nature and her hospitality was par excellence. Once she had been with us in Pune and we had arranged a nice dinner on our terrace for her. She Always used to mention that she liked typical Marathi food which we served that evening. She was more than a relative to us. We have lost a very beloved friend of ours. I pray that almighty God give her soul eternal peace.

  • Jacqueline Fontaine
    Répondre

    Claude, si menue, tu semblais au premier abord être une personne frêle…..mais tu cachais une grande force de caractère en particulier face à la maladie. En février, alors que nous mettions sous enveloppes le bulletin de notre association que tu avais tenu à rédiger encore malgré ton état de fatigue, tu me disais avec une pointe d’humour  » la durée moyenne de vie pou les femmes est 80 ans, et donc les années au-delà sont du rab ».
    J’ai découvert aussi ton attachement aux valeurs de solidarité et ta grande philosophie humaniste.
    Merci à toi pour la belle personne que tu étais.
    Jacqueline Fontaine

  • christophe
    Répondre

    Claude était d’une grande délicatesse et gentillesse. Son calme tranchait avec sa large capacité de travail et d’engagement. Je l’ai surtout connue à Perspectives Asiennes à l’époque où elle a pris en charge la Revue de presse, et le Bulletin auquel elle a apporté une grande qualité. A chaque événement sur Paris elle accueillait chaleureusement chez elle plusieurs membres de régions, et nous aimions beaucoup ses petits déjeuners si conviviaux. Elle restera une figure précieuse.

  • Jacqueline Delaporte
    Répondre

    J’ai fait la connaissance de Claude à Perspectives Asiennes il y a très longtemps. Sa porte était toujours ouverte pour accueillir celui qui était de passage et avait besoin d’un toit.
    Quand Claude a été malade j’ai admiré qu’elle ne se replie pas sur elle-même, elle est toujours restée ouverte aux autres. Jusqu’au bout elle a gardé ce souci des autres et une grande lucidité, me disant,avant qu’elle entre en soins palliatifs, qu’elle était consciente de son état et qu’à 85 ans il était normal de partir. Elle savait voir le positif et était très heureuse d’être bien entourée par sa famille et ses amis.
    Je regrette que les circonstances ne m’aient pas permis d’accompagner Claude que j’ai toujours considérée comme une grande dame.
    Jacqueline Delaporte

  • Annette Buisson
    Répondre

    J’ai connu Claude au début des années 80, peu après la perte de son cher compagnon. Elle a rejoint le groupe 111 d’Amnesty International et s’y est investie intensément comme elle l’a fait pour Perspectives Asiennes et ensuite l’association Groupe Accueil et Solidarité. C’est en accueillant à sa demande notre premier Indien qu’à notre tour nous avons rejoint l‘association Perspectives Asiennes. Nous avons cheminé avec elle durant 20 ans, appréciant son dévouement, sa discrétion, son intelligence, son enthousiasme, ses révoltes et son hospitalité. Elle a gardé espoir jusqu’à la fin de l’année en se battant courageusement, sans plainte et quand elle a connu l’issue fatale elle l’a acceptée dignement. Claude, une grande dame qui incarnait un certain modèle de vie pour moi.

    Annette Buisson

  • Alain Buisson
    Répondre

    En 1999, Claude grâce à toi nous avons commencé notre découverte de l’Inde en accueillant Janardan un Indien de Pune. Et voilà, nous avons à partir de cet échange en famille, adhéré à l’Association Perspectives Asiennes, voyagé en Inde que nous n’aurions sûrement pas découverte de cette façon. Nous avons continué ensemble notre parcours avec Perspectives Asiennes, nous nous sommes rapprochés et devenus amis. Une amie enthousiaste, débordante de vie, impliquée dans d’autres associations, en particulier l’association Groupe Accueil et Solidarité. Cultivée curieuse, rigoureuse, fiable, fidèle toujours disponible pour les autres et ses engagements. Tu as été courageuse et lucide de ton état pendant toute la durée de ta maladie, ne baissant jamais les bras. Claude ta vie a été bien remplie. Repose en paix.

    Alain Buisson

Écrire un commentaire