Décès de Nirmala Purandare – 20 juillet 2019

 dans En ce moment..., News Inde
Nous avons appris avec tristesse la mort de Nirmala Purandare ce 20 juillet 2019 à Pune.

Nirmala Purandare, noted social activist and educationist died at her residence here Saturday after prolonged illness, family members said. She was 86.
She is the wife of noted historian Babasaheb Purandare.
Purandare was associated with the Vanasthali Rural Development Centre (VRDC), founded in 1981 and working to educate children and women in rural areas, as well as the Vidyarthi Sahayak Samiti, which provides lodging and boarding facilities at a nominal cost to students from the economically weaker section of society coming to Pune to pursue higher education.She was also instrumental in setting up over 250 ‘balwadis’ (pre-school) in Maharashtra.
She is survived by husband Babasaheb Purandare, sons Amrut and Prasad, daughter Madhuri Purandare.

Source : http://www.newindianexpress.com/nation/2019/jul/21/social-activist-educationist-nirmala-purandare-dies-in-pune-2007070.html
Article du Bulletin n°51 de Perspectives Asiennes, 1998 :

Engagement de Nirmala Purandare

Showing 6 comments
  • FRANCOISE VASSEUR
    Répondre

    je suis extrêmement triste d’apprendre le déces de Nirmala.Nirmala était un être exceptionnel que j’ai eu la chance de côtoyer.Ses nombreuses qualités nous laissent un trésor de savoir vivre.
    Encore une étoile qui brillera dans le ciel et guidera nos pas.
    Nous ne t’oublierons pas toi qui ne pensais qu’aux autres.
    Namaste chère Nirmala

  • Marie-Noël Fraysse
    Répondre

    Nirmala a été une grande amie, importante dans ma vie ; je pense que c’est le cas pour beaucoup de monde, c’est pourquoi je propose de réunir des témoignages personnels de ceux qu’elle a rencontrés, au delà de l’hagiographie (c’est déjà fait !). l’amitié, le rôle qu’elle a joué dans nos vies…
    Vous pouvez écrire à l’adresse d’Entr’Inde.
    Marie-Noël Fraysse
    Association Entr’Inde
    entrinde@gmail.com

  • Durdilly-Revial Marie-Françoise
    Répondre

    Beynost le 8 août 2019
    Très chère Nirmala,

    Le 20 juillet au soir tu as définitivement quitté la colline de Parvati. Depuis plus de deux semaines tant de souvenirs tournent dans ma tête et dans mon cœur te reliant à de nombreux amis de l’Inde et de la France.
    Lors de mes deux premières « Plongées » à Pune en 1968 et 1969 je ne me souviens pas t’avoir rencontrée. Je me souviens très bien du Dr Aschiut Apte et de Guy Deleury les initiateurs des échanges entre nos deux pays. Voici quelques évocations de ta présence et de ton engagement.

    Des rencontres dans l’esprit de l’AFF
    Ce n’est qu’en 1970 que j’ai fait ta connaissance. Tu étais venue en France pendant une année pour apprendre le français et découvrir notre culture. Nous étions étonnés par le fait qu’une maman de 3 enfants encore jeunes puisse ainsi partir pour un long temps en les confiant à d’autres.
    Etant personnellement engagée dans l’accueil des étudiants étrangers je t’ai accompagnée pour une session Vie Nouvelle. Premiers contacts et ensuite nous nous sommes retrouvées plusieurs fois, je t’ai emmenée visiter d’autres amis français qui avaient vécu des plongées, Jean & Geneviève Bévalot à Besançon, Paul & Marguerite Grunwald à Metz. Au passage nous avons visité Nancy où j’ai de bons amis.
    Et tu es repartie t’exprimant bien en français et enrichie de nombreuses visites et rencontres.
    En 1974 ta fille ainée Madhuri est venue à son tour pour une année d’études en France. Je me souviens que nous l’avions emmenée en vacances au Pont du Gard avec la famille de l’un de mes frères, puis à un mariage en Savoie. L’hôte est vraiment un membre de la famille, c’est l’esprit de nos plongées.
    Des rencontres il y en a eu beaucoup d’autres en Inde où j’ai effectué 12 séjours et aussi en France où tu es revenue plusieurs fois. Toujours tu t’es merveilleusement impliquée dans l’accueil de tous et je sais qu’il y a eu quelquefois des situations difficiles à gérer.

    Promouvoir l’éducation dans les campagnes des enfants et des femmes avec Vanasthali
    L’Inde étant essentiellement rurale tu avais compris que le développement passerait par l’éducation et tu as créé Vanasthali. L’association Entr’Inde a mis en ligne l’essentiel du travail de Vanasthali
    http://ngo-vanasthali.org/fr/vanasthali
    Tu avais compris que l’éveil d’un enfant commence tôt, bien avant l’entrée à l’école primaire et tu as voulu créer l’équivalent des classes maternelles que tu avais découvertes en France. J’ai pu visiter avec toi quelques-unes de ces classes maternelles les balwadis dans les villages. Pour créer une classe il suffisait d’un lieu de peu de place, convaincre une famille de libérer une pièce de sa petite maison, utiliser le temple du village, chaque fois pour démarrer il fallait inventer. Et puis former les femmes des villages pour qu’elles puissent devenir à leur tour des formatrices sur place. Je me souviens bien d’une visite où nous avions emmené un haut responsable de l’éducation du Maharashtra. Nirmala tu l’avais persuadé qu’il devait venir sur place pour comprendre la situation car les femmes ne viendraient pas en ville pour se former. Celles-ci au lieu de rester confinées chez elles ont rencontré d’autres femmes, elles ont pu échanger sur leurs problèmes de femmes et s’ouvrir à la possibilité d’apprendre pour aider les enfants à apprendre. Lors de rencontres intervillages c’était impressionnant de voir toutes ces femmes assises sur le sol chantant leur bonheur d’être ensemble et d’œuvrer pour leurs enfants.

    Le voyage d’amis Indiens et Français aux sources du Gange en 1992
    Pour le Jubilé d’argent des 25 ans de la création de l’AFF tu as organisé pour nous un voyage dans l’Himalaya. Ses sommets sont demeure des dieux Vishnu et Shiva qui y ont leurs grands sanctuaires.
    Nous étions 15 Français et 9 Indiens à partir depuis Pune vers Delhi puis Rishikesh, Gangotri, Kedarnath, Badrinath et la célèbre Vallée des fleurs. Trajets en bus puis à pied pour rejoindre les petits villages. Nous croisions d’autres pèlerins sikhs et hindous, nous avions nos bonnes chaussures de marche et eux avançaient souvent avec de simples tongs aux pieds et leur balluchon sur la tête ou l’épaule.
    Pourtant nous avons dû souvent déchausser pour traverser les torrents qui dévalaient sur les rochers avec un bruit assourdissant. Nous vivions les mêmes fatigues de la montée et avec peu de paroles nous avons appris à nous connaitre en partageant une tasse de thé auprès d’une petite boutique au bord du chemin. Quand le langage nous manquait il suffisait de nous sourire, beaucoup psalmodiaient des mantras en marchant. Nous nous sentions en communion vers cette quête d’un ailleurs auquel nous aspirions.
    Dans les grands sanctuaires à Kedarnath ou Badrinath, Nirmala tes amies indiennes qui nous accompagnaient ont fait célébrer des pujas dans les temples. Pour toi pas de pujas, la grandeur des sommets suffisait à ta contemplation. La montagne sort des entrailles de la terre-mère et s’élève vers le sacré.
    Une petite anecdote : nous avions tout mis en commun dans notre petit groupe, des difficultés aux émerveillements pourtant c’est la nourriture qui nous a séparés. Nirmala tu avais demandé pour nous des préparations peu épicées mais pour nos amis indiens ce n’était pas suffisamment hot et finalement il a fallu manger deux préparations différentes !

    Juillet 2002 les 30 ans de Perspectives asiennes à Paris et le mariage de Robert et moi en octobre
    C’est une chance que ta venue à Paris en 2002 m’ait permis de te choisir pour témoin ainsi que Tao une amie chinoise, pour notre mariage dans l’église de la Boisse dans l’Ain. Nandita Wagle était aussi présente et nombre d’amis anciens plongeurs ou investis dans l’accueil des indiens en France lors des Plongées. Tous étaient heureux de te revoir ou simplement de faire ta connaissance.

    Notre voyage en Inde Robert et moi en octobre 2008 autour de la fête de Diwali
    Tant d’amis à retrouver et toujours être témoins du travail initié par Nirmala.
    Durant notre séjour à Pune nous avons visité les foyers d’étudiants, rencontré les femmes qui y effectuent un travail d’encadrement et d’animation.
    Nous avons visité les écoles des villages et constaté comment avec très peu de moyens les enseignants éduquent, et apprennent aux enfants à créer de la beauté avec si peu. Ce tigre n’est-il pas réussi ?
    Enfin nous avons retrouvé le groupe d’architectes pour lesquels nous avions organisé tout un programme de découvertes pendant leur Plongée à Lyon en mai 2008. Ils nous ont partagé leur travail en Inde, chacun avait préparé sur ordinateur un exposé avec photos. Nirmala tu étais présente et ce fût un bon retour pour estimer tout ce que nous apprenons les uns des autres.

    Chère Nirmala tu as vécu ensuite des années de souffrance dans un corps qui ne répondait plus comme tu l’aurais voulu et qui s’épuisait. Tes derniers jours ont été très douloureux puis tu t’es éteinte ce samedi 10 juillet au soir. Dans le Rig Veda il est écrit « De mon front je touche le ciel lointain, ciment de toute existence ». Sans doute as-tu rejoint ce ciel qui dominait les cimes de l’Himalaya. Je t’imagine là- haut avec ceux que tu as aimés et qui t’ont précédée, là-haut avec les anges du ciel.
    Le 15 août prochain grande fête nationale de l’indépendance de l’Inde c’est pour nous chrétiens la fête de l’Assomption de Marie au ciel. Dans notre groupement paroissial nous avons demandé à ce que l’office de la Messe soit célébré ce jour là pour toi. Nous t’y rejoindrons par la prière.
    Au revoir chère Nirmala, tu as tant donné aux autres que le Seigneur du ciel ainsi que Marie sa mère ont dû t’ouvrir grand les bras pour t’y accueillir.
    Marie-Françoise Durdilly-Revial

    • ROSELINE LABOUERE
      Répondre

      Bonjour Marie Françoise,

      Je souhaitais vous adresser un grand merci pour avoir pris le temps d’évoquer tous les beaux moments que vous avez partagé avec Nirmala.
      Ce qui m’a permis de mieux la connaitre. J’ai moi même effectué 2 plongées en 2002 et 2003, ce sont parmi les plus beaux souvenirs de ma vie.
      L’Inde et les indiens seront aussi toujours dans mon cœur. J’avais eu l’occasion d’accompagner Nirmala dans un village mais comme mon niveau d’ anglais était faible, nos échanges avaient été limités. Quel âge avait-elle ?

      Bien à vous. Roseline de Rennes

      • Durdilly-Revial Marie-Françoise
        Répondre

        Bonjour Roseline,
        Nirmala est partie à 86 ans. Je suis contente que mes lignes vous aient permis de mieux découvrir qui elle était. J’avais en fait envoyé une lettre avec des titres en gras et quelques photos qui illustraient le texte mais tout cela n’est pas ressorti dans ces commentaires. Je peux vous l’envoyer si vous me donner votre adresse mail. Je m’absente du 1er au 9 septembre. Très cordialement. Marie-Françoise proche de Lyon

  • Marie-Noël Fraysse
    Répondre

    Nirmala parlait français ; elle avait appris cette langue très vite à Besançon lors de son premier séjour en France et a osé la parler en public après seulement 3 semaines d’apprentissage. C’est toujours en français qu’elle s’adressait à ses amis français.

Écrire un commentaire